News IoT – News IoT – News

Des filets de pêche connectés pour éviter leur abandon dans les océans

Filets abandonnés au fond de la mer

Industrialiser toute une famille de nouveaux capteurs pour limiter la perte du matériel de pêche, tel est le nouveau challenge que s’est fixée la société toulousaine CLS.

Selon l’Organisation Maritime Internationale, plus d’un tiers des sources de pollution plastique dans les eaux européennes provient d’équipements de pêche. Cela représente chaque année plusieurs centaines de milliers de tonnes de filets, lignes, casiers et autres cordes perdus ou abandonnés dans les océans par l’industrie de la pêche.

En diminuant le temps de recherche du matériel de pêche, on économise du carburant, donc leur empreinte carbone, et les risques pour les hommes et leurs outils diminuent avec le temps passé en mer.

Opérer une tumeur grâce à un robot

L’ablation d’une tumeur du foie avec l’assistance du robot médical de la start-up montpelliéraine Quantum Surgical a été réalisée avec succès au CHU de Montpellier.

La voie à des opérations beaucoup plus rapides et des soins post-opératoires réduits est ainsi possible.

La pépite souhaite commercialiser son offre en Europe, aux Etats-Unis et en Chine.

Des cabines médicales contre les déserts médicaux

Une cabine de teleconsultation médicale
Medicalexpo

Délaissés par les services publiques, de plus en plus de personnes ont de moins en moins accès à des consultations de médecins généralistes et devront peut-être recourir aux cabines médicales.

Des cabines de téléconsultation médicale sont disponibles, par exemple pour le grand public, dans certaines pharmacies, mais aussi en entreprise pour les employés.

Avec les cabines de téléconsultation, avoir l’avis d’un médecin, même d’un spécialiste semble relativement facile.

Pour la prise de rendez-vous en pharmacie, le patient se rend dans cette dernière qui lui propose un rendez-vous. Les pharmaciens reçoivent chaque semaine le planning avec les disponibilités des médecins téléconsultants.

Pour un généraliste, en général, on peut consulter sur place dans les 15 minutes ! Pour les spécialistes, il y a davantage d’attente. Le patient prendra donc un rendez-vous directement auprès du pharmacien.

Le patient entre dans la cabine et y insère sa carte Vitale. Il doit choisir le motif de la consultation puis rentre en visioconférence avec un des 100 médecins généralistes ou spécialistes formés à cette occasion.

Bien que la CNIL ait donné son absolution, il n’y a pas vraiment d’informations quant aux traitements des données du patient. Comme souvent on ne sait pas ou vont se loger ces dernières et comment fonctionne leur protection.

Ce sont principalement des acteurs privés qui offrent ces services et leur perception de la protection des données peut ne pas correspondre à l’efficacité attendue en ce domaine.

On ne sait si ces cabines vont lutter contre les déserts médicaux, ou les renforcer. Le problème n’étant pas seulement de ne pas disposer, dans certains régions, de médecin généraliste mais surtout de ne pas avoir d’écoute humaine en chair et en os. Une présence chaleureuse et discrète qui du fait de sa simple intervention saura aussi ‘guérir’ maints symptômes, peut-être psycho-somatiques, ou pas.

Reste donc à savoir si ces cabines médicales sauront véritablement revivifier les déserts médicaux.

La sueur peut alimenter en électricité des objets connectés

schéma-de-la-batterie-pour-objets-connectés-fonctionnant-avec-la-sueur

Des ingénieurs de Glasgow ont réussi à récupérer de l’électricité à travers la sueur du corps.

Ils ont mis au point un tissu en polyester cellulose gainé d’une fine couche de polymère. Ce dernier est idéal car il possède une grande capacité d’absorption, est flexible, hautement conducteur et eco friendly.

Les chercheurs ont demandé à des coureurs de tester l’invention en portant sur eux un tissu de 2 x 2 cm.

Les coureurs ont produit assez de sueur pour générer 10 mW d’électricité, puissance suffisante pour faire fonctionner quelques LED qui sont restées allumées jusqu’à ce que les cobayes s’arrêtent.

Ce système pourrait remplacer les batteries peu respectueuse de l’environnment. Il conviendra mieux aux petits objets connectés dans un premier temps.

Par la suite il serait conçu pour des objets plus gourmands comme des vélos électriques.

The Box

Vous n’effectuerez plus vos envois de la même manière. C’est ce que promet The Box de la start-up française LivingPackets de Nantes.

The Box est une boîte écologique réutilisable 1000 fois qui remplace les emballages traditionnels, par exemple postaux.

Cette Box remplace les boîtes en cartons que vous utilisez pour vos envois, notamment par le biais de la Poste. Sauf que celle-ci est désormais connectée.

Réutilisable jusqu’à 1000 fois, la smart box peut contenir jusqu’à 5 kg de contenu. Elle dispose d’une surveillance environnementale en temps réel (localisation, température, humidité, chocs, ouverture), ainsi que d’une caméra intégrée pour la visualisation à distance du contenu.

THE BOX intègre également un affichage d’adresse électronique, sous forme d’écran, rendant tous les autocollants d’emballage obsolètes tout en simplifiant la logistique avant et arrière.

Elle est composée de 98% d’air et de 2% de matériaux recyclés. « THE BOX élimine 100 milliards de boîtes en carton chaque année, permettant d’épargner l’équivalent de 700 millions d’arbres tout en offrant une expérience e-commerce d’exception ».

Withings Sleep Analyzer traque l’apnée du sommeil

Withings Sleep est une petite bande molletonnée qui se place sous votre matelas et mesure les mouvements de la cage thoracique et la fréquence cardiaque et peut déterminer la présence d'apnées du sommeil.

Cet analyseur de sommeil une petite bande molletonnée qui se place sous votre matelas. Ainsi il mesure les mouvements de la cage thoracique et la fréquence cardiaque et peut déterminer la présence d’apnées du sommeil. L’ensemble des données sont visibles sur l’app Health Mate avec qui il se synchronise automatiquement en Wi-Fi.

Lentilles de contact connectées

Représentation éclatée d'une lentille de contact connectée. Elle est capable d'afficher des informations textuelles, mais peut aussi de détecter des objets, suivre le mouvement des yeux, contrôler une interface ou même encore permettre de voir dans l'obscurité.

Selon l’Usine Digitale, la start-up californienne Mojo Vision lève 51 millions de dollars. L’objectif de cette opération est d’améliorer sa lentille de contact connectée, encore au stade de prototype, et de renforcer son équipe d’ingénieurs. La jeune pousse travaille déjà activement avec la FDA pour proposer son dispositif aux personnes malvoyantes.

Sa lentille est capable d’afficher des informations textuelles, mais peut aussi de détecter des objets, suivre le mouvement des yeux, contrôler une interface ou même encore permettre de voir dans l’obscurité. D’après la start-up, « Mojo Lens » comprend un écran MicroLED dont la résolution perçue est de 14 000 pixels par pouce (ppp).

Mojo Vision espère, dans un premier temps, proposer ces lentilles aux personnes malvoyantes.

An illustrated exploded view of the Mojo Lens product

Beeper de distanciation sociale – Covid-19

Deux ouvriers préservent leur distance de travail grâce à leur bracelet connecté.

ANVERS, Belgique (Reuters) – Les travailleurs du port d’Anvers commenceront le mois prochain à tester des bracelets développés par une entreprise technologique belge qui pourraient contribuer à garantir la distanciation sociale requise pendant la pandémie de COVID-19.

Ces dispositifs seront fabriqués par la société Rombit. Concrètement, le beeper sonne l’alarme dès qu’un salarié s’approche d’un autre à moins d’une distance préalablement fixée – à la discrétion de l’employeur. 

Le logiciel « n’est pas conçu pour suivre les déplacements des employés afin de respecter la vie privée« . C’est la raison pour laquelle les appareils communiquent en local, sans passer par l’Internet. 

Rombit affirme avoir été sollicité par 400 à 500 entreprises de 99 pays.

Bague Oura

L’anneau Oura, qui se porte au doigt, pourrait permettre de confirmer un diagnostic de Covid-19 jusqu’à deux ou trois jours avant l’apparition de symptômes comme la toux.

18.04.2020 —– « L’anneau Oura pourrait permettre de confirmer un diagnostic de Covid-19 jusqu’à deux ou trois jours avant l’apparition de symptômes comme la toux ».

Lentilles de contact connectées

La start-up finlandaise Oura, dans laquelle vient d’investir Google, s’est alliée à l’université de Californie à San Francisco (UCSF) pour déterminer si sa bague connectée est à même d’identifier les signes avant-coureurs de Covid-19. L’appareil mesure la température, le rythme cardiaque, l’activité physique et la survenue de comportements liés à la fatigue.

Sinon la bague sert de suivi d’activité du sommeil principalement. Un test de cet anneau içi.

Réassigner les applications IoT pour répondre au Covid-19

17.04.2020 —– Comment réassigner les applications IoT existantes en tenant compte de la protection des données ? Une série de pistes dans cet article:

Une seringue perce la représentation du virus Covid-19.

[…] « Le fait que les applications IoT existantes puissent être réutilisées pour aider à la menace COVID-19 est essentiel car cela signifiait que ces solutions éprouvées étaient disponibles et prêtes à être utilisées au tout début de l’épidémie de virus. À cet égard, les entreprises de toutes les parties de l’écosystème IoT devraient réfléchir à la manière dont leurs solutions actuelles peuvent être tactiquement réutilisées pour aider les organisations et les gouvernements à lutter contre la pandémie. » […]

La start-up californienne Mojo Vision lève 51 millions de dollars pour améliorer sa lentille de contact connectée afin de proposer son dispositif aux personnes malvoyantes.

Mojo Vision espère, dans un premier temps, proposer ces lentilles aux personnes malvoyantes.

L’entreprise travaille donc activement avec la Federal and Drug Administration (FDA) dans le cadre de son programme de dispositifs utilisant des technologies de rupture, un programme volontaire conçu pour fournir un accès sûr et en temps opportun à des dispositifs médicaux qui peuvent aider à traiter des maladies irréversibles.

Laisser un commentaire